Diapositive1Raconte_Moa__une_histoire_affiche

 
 
 
 
Raconte Moaï une histoire !
Une douzaine de groupes de conteurs amateurs de l'agglo se sont retrouvés ce samedi 9 février à la maison des Moaïs, à l'appel des Martin dis-nous.
Mais qui a réussi à résoudre les énigmes des korrigans ? Les enfants, bien sûr ! Ils étaient présents dès 18 heures et particulièrement futés...
Parmi les conteuses de la première session, devant une fresque africaine géante, Margaux de la « compagnie du grain de riz »a conté pour la première fois avec déjà beaucoup de talent.
Que d'émotions ! Pour s'en remettre, une grande pause-apéro offerte par les Martin dis-nous et agrémentée des spécialités apportées par le public a été nécessaire... et il a été bien agréable aussi pour les conteurs de prendre le temps de se retrouver ou de faire connaissance !
Les 5 « contes de la terre » qui ont suivi se sont terminés par un conte musical ( avec un violoncelle et un antique électrophone en fin de vie) ; là encore, le duo était formé depuis peu et n'avait encore jamais présenté son travail.
D'autres surprises attendaient un public conquis avec « les contes de la mer » ; pour une fois, les conteurs hommes étaient les plus nombreux et Jean-François est parvenu à emmener son public en pleine mer avec un réalisme saisissant en compagnie de ses « matelots de la belle Julie »
Il était déjà tard et il aurait été raisonnable de remettre les manteaux et rentrer se coucher.
Mais le public , fatigué mais envoûté, n'y parvenait pas .
Il a donc pu assister à une quatrième session : les contes « pour adultes » . Rien ne sera révélé ici, mais si vous êtes curieux, voici un indice : réservez votre soirée du 22 février et menez votre quête....
Pour clore la soirée, 2 personnes du public , munies d'un totem rouge et d'un totem bleu, sont montées sur scène pour restituer une histoire initiée par Suzanne et transmise tout au long de la soirée. Cette histoire avait-elle été transformée par le bouche à oreille ?
Chaque groupe de conteurs est venu ensuite se présenter sur scène, mais, hélas, il était près de minuit et il a fallu se séparer.
Mais l'aventure risque fort de se renouveler ….
(rectificatif: la fresque n'est pas africaine mais provient de la peinture traditionnelle Warli originaire de l’ouest de l’inde )
 
photos sur la page des "Martin dis-nous":